ACCUEIL
en fr
PROCHAIN EVENEMENT DANS
starting-light-vert

MED 6720Carnets de Route 3 : Course dominicale

Le soleil est de retour. La « Marseillaise » aura été l'hymne à la mode sur le circuit d'Hockenheim, dans un meeting ou pourtant les Français étaient peu respectés. Après le très jeune Estéban Ocon (pas encore 17 ans) en Formule Renault 2.0 et Emmanuel Vinualès en Superkart le samedi, voilà que le dimanche, une petite musique patriotique se fit à nouveau entendre deux fois de suite. En effet Andrea Pizzitola, 6ème la veille en FR, partait en pole (grille inversée pour les 6 premiers) et l'emportait juste après la course de Superkart qui avait permis déjà de ressortir le CD adéquate puisque Emmanuel Vinualès a -parait-il-découragé une partie de ses adversaires en doublant la mise.

La 1ère ligne quelque peu sermonnée comme ...aussi le starter, nous assistions à un départ très propre, et sans incident cette fois. Cela compliquait la tache des pilotes de pointe ou supposés rapides mais éloignés sur la grille, car malgré quelques renoncements (Deux blessés, Reinke choqué, les casses moteur non remplacés, etc.) il restait 40 candidats à se bousculer derrière la « bande des quatre » dont un seul représentait un péril jaune, comprendre au sens littéral et non géopolitique...jaune par la livrée de son Kart.

Kout profite d'une 1ère ligne donnant un tempo modeste pour se décaler prêt à bondir, dès l'extinction des feux, il insiste à l'extérieur. Il parvient en bout de ligne droite à plonger devant, H. Lilja, E.Vinualès et M. Maasmann à nouveau un peu moins prompt à réagir puisque même Daniel Hentschel s'intercale momentanément.

Les quatre pilotes les plus en vue de tout ce week-end font la différence. Derrière eux, se constitue un groupe de chasse avec notamment Hentschel, Guido Kleinemeyer, Vésa Léthinen, l'américain Osborne très véloce avec le seul moteur BRC canadien du plateau, ou encore Liam Morley qui va tôt abandonner.

Lilja s'empare du commandement. Vinualès attend deux tours et double à son tour Kout, Maasmann suit. Le quatuor dominateur creuse l'écart. Lilja imprime un rythme soutenu sur une piste plus lente. Vinualès joue tactique, il gère sa course et laisse Lilja s'époumoner devant. Le quatuor se scinde, Kout et Maasmann lâchent prise. Hentschel pourtant inquiet de vibrations avant le départ est mieux servi par son moteur et plus attentif, il remonte et entraine Kleinemeyer. Léthinen s'essouffle, Stéfan Malm serre. Derrière eux, cela bouge, les Français remontent chacun à leur niveau. A une encablure nous pointons A. Sébastia en duel avec G.Bennett. Le 1er nommé est satisfait car il tourne une seconde plus vite que la veille, le second est au désespoir, venu préparé le championnat d'Europe, il a raté ses qualifications et il n'arrive plus à progresser au-delà d'une modeste 10ème place avec surtout des chronos décevants. (A 1''6'''de Vinualès en Anderson-DEA ou même à plus d'une seconde de l'Anderson-FPE Redspeed de Maasmann et du PVP-PVP de Lilja). Il quittera très vite le circuit....

Plus loin Etienne Aebischer ne retrouve pas le rythme de samedi, il se maintient toujours entre 13 et 15ème. Dès qu'un abandon lui fait gagner potentiellement un rang, il est dépassé par un concurrent. Il n'est pas à l'aise avec son châssis. Lacoste dans sa progression justement le rejoint, il le doublera en fin de course. Celui qui semble enfin soulagé, c'est Cyril Vayssié. Il a mis à plat en soirée son châssis tordu dans tous les sens, monté un nouveau nez, le 3ème ! Après un bleu au corps et au cœur, il remplace son spolier bleu du vendredi par son ancien jaune le samedi puis par un blanc acheté d'occase, le dimanche. Rassuré, il peut enfin s'exprimer, mais c'est tardif et de loin (22ème), d'autant que lui qui mise souvent sur ses départs canon a été logiquement prudent les 1ers tours. Il recolle aux pilotes francophones cités et finit 13ème mais surtout 3ème au Championnat de France.

Au dernier tiers de course, instant de déconcentration, Kout effectue un tête à queue, le duo germanique Hentschel-Kleinemeyer étant presque revenu, il ne peut que se relancer derrière celui-ci. Maasmann du coup est moins sous pression et inconsciemment il fléchit, oubliant peut-être que D.Hentschel continue son effort. L'Allemand qui a lâché son compatriote parvient dans l'avant dernière boucle à le déloger du podium, et pourtant le Néerlandais est le seul avec Vinualès à avoir roulé sous la barre de 1'40''.

Les pilotes rookies comme J-M. Fernandes ou M. Fleury, ou encore les « come-back » comme J. Goullancourt positivent. Perdus au début du meeting, beaucoup de travail les attendent mais ils ont été au bout d'une course dont le niveau était relevé puisque tous les favoris du Championnat d'Europe à l'exception du Britannique Lee Harpham jouaient double objectifs. Le podium « officiel » enfin celui de l'ESS était enfin un peu plus « pro » bien qu'un podium ne soit pas une remise des prix ! Une photo de famille ponctuait le week-end pour les participants du Championnat FFSA.

pub-l3d

SUPERKART 2019

Championnat d'Europe CIK/FIA 2019

FIA Karting International Events2

Calendrier Superkart 2019

Numérotation 2019 toutes organisations

Lire la suite...

Championnat Eurosuperkart FFSA 2019

FR

Calendrier Superkart 2019

INSCRIPTION / REGISTRATION
Numérotation 2019 toutes organisations
Confirmation d'engagement

Lire la suite...

Championnat & Coupe de France 2019

FR

Calendrier Superkart 2019

INSCRIPTION / REGISTRATION
Numérotation 2019 toutes organisations
Confirmation d'engagement

Lire la suite...