ACCUEIL
en fr
PROCHAIN EVENEMENT DANS
starting-light

vayssie 7716Carnets de route 2 : Course clairsemée

Comme nous l'avions pressenti, nous avons assisté au duel entre Sébastia (Anderson/FPE) et Vayssié (PVP/DEA) pour le gain de la 1ère course du week-end, mais il faut reconnaitre que celui-ci n'offrit pas le spectacle escompté car trop vite joué et d'autant plus dommage que derrière ce ne fut pas loin de la Berezina, de trop nombreux problèmes non résolus éclaircirent les rangs qui deviendront trop vite clairsemés. Kévin Busby ayant explosé son moteur en fin de matinée, il n'avait pu refaire son FPE pour la seconde séance et le temps imparti pour remonter le propulseur dans son châssis avant les départ de la course trop juste. (Surtout qu'il faut déduire les 20 minutes de prégrille). Certes, les starters Français sont plus attentifs à la distance et l'accélération au lancement que les Allemands (Lauzistring, Hockenheim, etc.) mais on peut y ajouter une dose d'intox distillée avant de rentrer en salle de briefing pour que les recommandations soient plus insistantes sur le fait de rester clairement alignés sur les deux lignes prescrites ...où comment avoir plus de chance de contenir d'éventuels départs canon d'un pilote de 2ème ou 3ème ligne. Effectivement, le départ est respectueux des rangs même après l'accélération autorisée. La 1ère ligne gardait son avantage, Vayssié s'était laissé distancé, moins prompt qu'à son habitude, il ne débordait Aebischer qu'après une boucle. Sébastia terminait son 1er tour en donnant l'impression de s'échapper, mais heureusement pour la compétition, Vayssié recolla très vite, ce qui démontrait qu'il avait la puissance nécessaire (meilleur temps en course), ce qui restait à prouver puisqu'il avait limité son roulage à quelques tours de qualifications. Il essaya plusieurs fois de se blottir derrière le pare-chocs du leader, reperdait un peu dans les « serrés » regagnait en vitesse de pointe et finalement le déboitait au freinage de la ligne droite au 4ème passage. Sébastia répliqua. Pendant ce temps Philippe Gerber en 4ème position rentrait au stand (pince de freins arrière défaillante). Jean-Marc Fernandes contenait Julien Goullancourt, mais le plus à l'aise était Marcel Fleury qui surprenait. Après avoir débordé Philippe Maurin, il eu aucun mal à revenir sur Goullancourt et le doubler. Ce dernier était au désespoir avec son PVP qui ne marchait pas en pleine charge (trop compressé). Il s'efforçait de bien tendre ses trajectoires, de s'appliquer mais il se trainait en ligne droite. Devant, redoublé, Sébastia se portait à hauteur de son adversaire au cœur du circuit et il parvint à reprendre l'avantage avant le passage de la ligne, mais à mi-course la donne changea définitivement.

Vayssié menait Sébastia suivait. On pouvait penser que le pilote du Lavandou voulait jouer au chat et à la souris, et qu'il répliquerait dès qu'il l'aurait décidé. En fait sans comprendre le pourquoi, son set de pneu « collait » et il subissait. Il conduisait en évitant une dérive trop prononcée et finalement il commença à réduire l'allure. Derrière ce duo, Aebischer tournait studieusement mais isolé, il concédait deux secondes au tour aux leaders mais avait un boulevard d'avance sur des outsiders inattendus. Les deux Rookies Jean-Marc Fernandes et Marcel Fleury se livraient maintenant à leur joute amicale et tant espérée. Sébastia ralentissait de plus en plus, pour garder la maitrise de son châssis. Vayssié avait course gagnée. Aebischer aurait peut-être pu reprendre Sébastia, malheureusement nous ne le saurons jamais, car à 2 tours du drapeau à damiers, il serra. (Guillotine cassée, ce qui est exceptionnel). Du coup ....c'était M. Fleury qui héritait, ému de la 3ème marche de podium. Autre surprise, Marc Albin confirmait sa très progressive évolution. En course il s'appliqua consciencieusement, doublant Kévin Ranoarimanana en difficulté. Celui-ci ayant fait toute la course avec un disque de frein avant voilé ! Aebischer donnait le change mais pouvait être le plus grand déçu. Beaucoup devaient se poser les bonnes réflexions et s'atteler au travail. K. Busby, qui s'y connait en matière de motorisation (il développe des monocylindres), ayant porté son moteur pour une révision complète cet hiver dans les ateliers FPE, et qui en principe vérifie tout, était pourtant perplexe sur des « casses » qui s'avèrent répétitives. Il y avait un mystère quant à la cause réelle. Francis Payart se penche avec lui sur cette interrogation... Ils découvriront qu'il manque une membrane dans la pompe à essence d'origine ! Si la plaie de ces « ennuis» récurrents est mise à jour, son week-end en sera bénéfique. En attendant il garde le sourire, blague, fait parfois le pitre et offrira le soir un cocktail top secret tout britannique.

pub-l3d

SUPERKART 2019

Championnat d'Europe CIK/FIA 2019

FIA Karting International Events2

Calendrier Superkart 2019

Numérotation 2019 toutes organisations

Lire la suite...

Championnat Eurosuperkart FFSA 2019

FR

Calendrier Superkart 2019

INSCRIPTION / REGISTRATION
Numérotation 2019 toutes organisations
Confirmation d'engagement

Lire la suite...

Championnat & Coupe de France 2019

FR

Calendrier Superkart 2019

INSCRIPTION / REGISTRATION
Numérotation 2019 toutes organisations
Confirmation d'engagement

Lire la suite...